B I O

Les amateurs de jazz français peuvent dire merci à Silvio Berlusconi ! C’est grâce à son appétit du pouvoir sans partage et à son mépris de la culture, que nous avons hérité de toute une génération de jazzmen italiens, venus s’exiler à Paris dans le courant des années 90. 

Le pianiste Giovanni Mirabassi, né à Pérouse en 1970, est sans doute le plus singulier, un randonneur attiré par le chemin de crête plutôt que par les sentiers pépères. 

C’est en 2001 que le public français succombe au charme discret de son album en solo, Avanti !

D’aucuns auraient choisi des thèmes d’improvisation parmi les standards de jazz, lui préfère révéler la mélancolie cachée d’une quinzaine d’hymnes à la liberté et de chants partisans de tous les pays. Le succès critique est fracassant et le disque connaît une belle carrière internationale. 

A 31 ans, il signe enfin sa déclaration d’indépendance et hisse bien haut le pavillon pirate. Il laisse derrière lui des années

à affronter un père avocat, démocrate-chrétien pur jus, qui lui destinait une carrière dans les prétoires, un frère aîné clarinettiste de jazz peu enclin à partager sa place au soleil et les aléas d’un parcours d’autodidacte obstiné. « J’avais l’impérieuse nécessité de poursuivre mon dialogue avec la musique, entamé dès l’âge de deux ans sur le piano familial. A l’époque, c’était le seul qui me répondait quand je lui parlais. Je n’aurais pas pu être autre chose que pianiste. » 

A 7 ans, il sait jouer d’oreille tous les préludes du clavier bien tempéré de Bach, puis découvre le jazz au Festival de Pérouse, craque son argent de poche dans les disques de Monk, Miles et Blakey et forge intuitivement son style. Il s’imprègne comme une éponge des délicates harmonies d’Enrico Pieranunzi, du phrasé aristocratique de Bill Evans et de la furie rythmique des collectifs

de Mingus. 

Pourtant, même s’il a partagé la scène, l’espace d’un soir, avec Chet Baker, connu le frisson d’une tournée italienne avec Steve Grossmann et gagné quelques concours de piano, Giovanni Mirabassi peine à croire en sa bonne étoile. 

Et puis, en 1992, c’est l’exil salvateur à Paris. Là, il retrouve la diaspora italienne : Paolo Fresu, Flavio Boltro, Stefano di Battista

et surtout leur prestigieux aîné, Aldo Romano, ravi de recueillir ces oisillons tombés du nid. Là aussi, il croise par hasard un des derniers géants du piano classique, Aldo Ciccolini, qui le prend sous son aile et lui donne quelques précieuses leçons. Là encore, il tombe sur Louis Moutin et Daniele Mencarelli avec qui il enregistre un premier disque fondateur, Architectures (1998). Là enfin,

il finit par connaître la gloire avec Avanti.

Mais au lieu d’exploiter ce filon, Giovanni Mirabassi opte pour un sillon plus personnel. En accord avec ses idées politiques rouge vif,

pas question pour lui de faire du jazz commercial. Mieux vaut dérouter que faire une sortie de route esthétique.

Autonomie et partage seront ses deux boussoles. 

Les rencontres, surtout, lui serviront de guide artistique. En 2003, il écrit des compositions aériennes pour un insolite attelage piano/trombone/bugle avec ses complices Glenn Ferris et Flavio Boltro (« Air », meilleur disque de l’année décerné par

l’Académie du jazz), puis forme de 2008 à 2012 un trio régulier avec le bassiste Gianluca Renzi et le batteur américain Leon Parker pour trois albums lumineux où il renoue avec la formation reine du jazz sans se départir de sa poésie mélancolique et de son swing implacable (« Terra Furiosa », « Out of Track » et « Live at Blue Note, Tokyo »)

Sans cesse à la recherche de nouvelles sonorités, il n’hésite pas à mobiliser un orchestre à cordes pour faire chatoyer ses nouvelles compositions et sublimer son nouveau trio composé de Gianluca Renzi et du batteur cubain Lukmil Perez Herrera (VIVA V.E.R.D.I - 2009). Ou bien à convier le vibraphoniste américain Stefon Harris pour des dialogues enchanteurs en quartet (No Way Out - 2015). Tous ces projets l’installent comme un pianiste-compositeur toujours en quête de liberté et d’insolence, fidèle dans la forme à la tradition inventive du jazz et dans le fond, à son esprit contestataire. Un équilibre toujours bien accueilli

par son public et pas toujours par la critique…

Et puis, il y a sa passion de la voix et du chant, si perceptible dans sa main droite. Une passion qui s’exprime à travers des projets en piano solo comme Cantopiano en 2006, improvisations sur un programme de chansons françaises de Nougaro, Agnès Bihl, Lama, Gainsbourg, Jeanne Cherhal, etc… ou encore Adelante ! en 2011, enregistré à la Havane, qui, comme un écho à Avanti !, sublime des thèmes révolutionnaires cubains. 

 

Mais elle se manifeste aussi dans des disques piano/voix, qui marient la puissance des textes et sa sensibilité de jazzman.

 

Hommage à Léo Ferré avec Nicolas Reggiani (Léo en toute liberté 2004), hommage à des auteurs mal aimés comme Allain Leprest, Daniel Darc ou Philippe Léotard avec Cyril Mokaiesh (Naufragés 2015). 

 

Il découvre par la suite la chanteuse de jazz et auteur-compositeur Sarah Lancman qu'il décide de prendre sous son aile et ainsi décide de la produire: 

Inspiring Love (2016) et son prochain album "A contretemps" qui sortira courant octobre 2017. 

Des cabossés de la vie, des résistants du quotidien, des forts en gueule, tout pour lui plaire…

 

Et ce n’est pas un hasard si son dernier disque, enregistré dans l’auditorium du prestigieux Studio Bauer en Allemagne, salue le talent de trois grandes chanteuses du passé, véritables icônes dans les trois pays de son cœur : Ella Fitzgerald l’américaine du Nord, Edith Piaf la française et Mercedes Sosa l’américaine du Sud. Seul devant son clavier, Giovanni Mirabassi murmure son émotion à ces trois femmes libres, comme seul un italien est capable de le faire… con brio ! 

Giovanni Mirabassi reviendra prochainement pour présenter son projet inédit [ PENSIERI ISOLATI] qu'il a enregistré en piano solo pendant le confinement, en mars 2020.

(sortie prévue pour JANVIER 2021)

Summer's Gone
Summer's Gone
press to zoom
Live in Germany - 2017
Live in Germany - 2017
press to zoom
"Naufragés"
"Naufragés"

Cyril Mokaiesh et Giovanni Mirabassi partent à la rencontre de grands artistes de la chanson française que la lumière... et la postérité n’ont pas choyés comme elles l’auraient dû. Ils chantent Allain Leprest, Daniel Darc, Bernard Dimey, Philippe Léotard, Vladimir Vissotski, Mano Solo, Stéphan Re- ggiani, Pierre Vassiliu, Jehan... Dépressifs, junkies, ivrognes, malades, malchanceux, ils constituent une confrérie secrète, une conspiration de rêveurs ivres et désespérés.

press to zoom
"No Way Out"
"No Way Out"

Mirabassi semble en état de grâce, capable de composer des titres inspirés, puissants qui rappellent (...) les grands standards Blue Note des années 60.

press to zoom
"Animessi"
"Animessi"

Giovanni Mirabassi rend hommage à l'univers poétique de Hayao Miyazaki en trio à sa manière si unique.

press to zoom
"Tribute To Bill"
"Tribute To Bill"

Edition limitée en vynil de cet opus en hommage à Bill Evans.

press to zoom
" VIVA V.E.R.D.I "
" VIVA V.E.R.D.I "

« La musique par définition se raconte d'elle-même. Je l'accompagne juste ici d'un peu d'histoire(...) « Viva Verdi » est une phrase à double sens, car si elle signifie ce qu'elle signifie, c'est aussi un acrostiche cher aux révolutionnaires italiens du début du 19ème : Viva Vittorio Emanuele Re D'Italia. Loin de toute idée de royalisme à la française, c'était le cri de ralliement des garibaldiens pour une Italie unifiée et souveraine." Giovanni Mirabassi

press to zoom
"Adelante"
"Adelante"

En une quinzaine d'années, le pianiste italo-parisien a imposé son style, un sens de la mélodie et une musique sans concession: tous les ingrédients que l'on retrouve sur ce nouvel album "Adelante". L'artiste militant a choisi la Havane pour y enregistrer la suite de son plus grand succès "Avanti". "Adelante" dresse une cartographie des chants révolutionnaires les plus emblématiques, de l'Argentine à l'URSS, en passant par la France, l'Italie, l'Espagne et ... Cuba. "

press to zoom
"Live @ Blue Note Tokyo"
"Live @ Blue Note Tokyo"

"… Album incontournable à découvrir, il marquera la fin des années 2010 … Une valeur ajoutée à toutes les discothèques sans frontière et amatrices de « bon jazz »." MyPercu.com - Jimmy Braun, octobre 2010

press to zoom
"Out Of Track"
"Out Of Track"

Reconnu par ses pairs comme l'un des pianistes majeurs de la scène jazz actuelle, Giovanni Mirabassi continue d'explorer l'art du trio. Ce trio repose sur une solide rythmique, composée de Leon Parker à la batterie et de Gianluca Renzi à la contrebasse. Mélodiste de génie, le pianiste au sommet de son élégance surprend, virevolte et s'impose avec talent. Out of Track est sans nul doute l'album le plus abouti de sa carrière dont il vient tout juste de célébrer les 10 ans.

press to zoom
"Terra Furiosa"
"Terra Furiosa"

"Le pianiste de Pérouse enchante Paris depuis quinze ans. Victoires du Jazz ; Prix Django Reinhardt ; Prix de l’Académie du Jazz, ses projets ont mené le compositeur à tous les succès. Le dernier trio, avec le gigantesque batteur Leon Parker, nous met à nouveau à genoux, admiratifs." Openmag

press to zoom
"Cantopiano"
"Cantopiano"

Accompagnateur de Bénabar, Alexis HK, Agnès Bihl, Nicolas Reggiani, mais aussi de Charles Aznavour et de Serge Lama, Giovanni Mirabassi était bien placé pour relever le défi lancé par ce quatrième volet de la série Standard Visit : revisiter la chanson française au piano solo. Ce que le natif de Pérouse accomplit ici avec un entrain certain, conviant à la fête des gens aussi divers que Brel, Brassens, Gainsbourg, Nougaro, Barbara et même Dalida.

press to zoom
"Lucky Boys"
"Lucky Boys"
press to zoom
"Prima O Poi"
"Prima O Poi"

Né à Pérouse en 1970 et installé à Paris depuis 1992, Giovanni Mirabassi est l’un des pianistes les plus lumineux qui se puissent entendre aujourd’hui dans la capitale.

press to zoom
"Air"
"Air"

"En compagnie du tromboniste Glenn Ferris et du trompettiste et joueur de bugle Flavio Boltro, le pianiste italien propose un disque riche de mélodies plaisantes jusque dans leur complexité, où circulent des accents nostalgiques et lyriques dont les volutes intimistes captivent de bout en bout. "Hervé Comte

press to zoom
"Dal Vivo"
"Dal Vivo"

"Second album du trio d'Architectures (G.Mirabassi, D.Mencarelli, L. Moutin). Live, enregistré au Duc des Lombards, le 2 novembre 2001 pour France Musique. Des reprises dont on ne se lasse pas,des boucles harmoniques lancinantes et un magnifique unisson du piano, de la contrebasse et de la batterie qui avancent ensemble dans le rythme d'un même pas... dans "El pueblo unido jamas sera vincido"." A.S

press to zoom
"Avanti"
"Avanti"

"Giovanni Mirabassi possède une qualité merveilleuse...: l'aptitude à faire chanter une mélodie , à la faire fleurir, à en libérer dans sa plénitude l'arôme, le galbe et le chatoiement chromatique (...) Signée de Philippe Ghielmetti, l'édition elle-même est un objet d'art." Alain Gerber - Diapason

press to zoom
"Architecture"
"Architecture"

"Voilà un musicien qui sait faire chanter son clavier avec un art de la narration. Un vrai sens de la dramaturgie mélodique et de la mise en scène rythmique... D'où vient le charme de cette musique si dense et intense ? Sans doute qu'il y flotte une espèce de brume de mélancolie. Une forme de souffrance sans tristesse, jamais pathétique, sans doute métaphysique. Une certaine idée, jeune et neuve, du romantisme." PASCAL ANQUETIL - JAZZMAN

press to zoom
©Photo: Gilles Baumont